Flash back sur une saison en grand lac!!!

Flash back sur une saison en grand lac!!!

Grosses surprises en grand lac !!!

            Il est des sessions qui laissent un goût indélébile. Certaines nous ont laissé un goût de bœuf ou de thon,  je ne sais plus exactement. Mais je me souviens qu’il était prononcé et fort agréable.

           Après avoir pêché pendant une petite dizaine d’années les gravières et plans d’eau de ma région le sud ouest, je décide en 2011 avec Jean François de tenter l’aventure des grands lacs…

C’est donc en ce mois d’avril 2011 que nous nous lançons avec un objectif clairement établi : découvrir un nouveau lac et le pratiquer suffisamment pour espérer prendre un de ses blocs. La prise d’infos a été fructueuse, les échos de ces derniers jours nous confirment que les carpes sont actives en ce moment !!!

            Une semaine avant notre premier rendez-vous, nous partons en repérage. C’était la première fois que nous péchions  une telle étendue d’eau et nous nous demandons par où commencer. Les pneumatiques gonflés et les thermiques attelés, nous voilà en train d’explorer les fonds d’un secteur réputé productif en cette saison ! Après avoir passé plusieurs heures sur l’eau le constat est sans appel: une bordure intéressante mais une pleine eau difficile à exploiter. En effet, une fois passée la cassure qui se situe à environ 80-100 mètres, le fond reste très régulier, trop régulier et mou (comme souvent sur ces grands lacs de la côte atlantique). Malgré tout nous parvenons à enregistrer au GPS quelques spots qui semblent sortir de l’ordinaire.

Les quelques jours d’attente avant de tremper les fils nous semblent insoutenables. La date fatidique enfin là, nous partons gonflés à bloc!!! Et à notre arrivée sur les lieux, nous constatons qu’une équipe de pêcheurs étrangers est présente sur le poste que l’on convoitait ! Donc vous comprenez que notre déception fut à la hauteur de notre impatience. Après avoir échangé quelques paroles (en franglais bien sûr) avec ces derniers, nous apprenons qu’ils partiront le lendemain. En attendant nous décidons de pêcher une autre zone, mais avec l’intention de prendre le poste à leur départ.

 

Un géant landais!

Un géant landais!!!

 Pour notre première nuit, nous exploitons un poste sur une berge intéressante. La végétation est assez riche et quelques arbres y sont  immergés. En revanche passés ces 30 premiers mètres, la suite n’est qu’une longue et interminable pente douce, ne nous offrant que de trop rares spots. Les cannes sont donc placées logiquement en bordure avec tout de même quelques têtes chercheuses au milieu de nulle part.

            Minuit, une voix nous interpelle : « Bonsoir messieurs, permis de pêche s’il vous plaît ». Ca commence bien ! La garderie veille et nous voilà au courant de la législation particulière du site. Remis de nos émotions nous nous endormons enfin. 05H30 : premier bip et première dose d’adrénaline sur cette nouvelle arène pour Jeff. Contre toute attente, c’est une des cannes qui pêchait le néant qui démarre. Ce poisson  est  une petite commune pas vraiment jolie, mais la première touche sur un nouveau lieu est toujours empreinte d’une émotion particulière. De plus, elle est souvent la plus difficile à obtenir, elle est chargée d’espoirs et elle est « de bonne augure » pour la suite.

            Au petit matin, nous allons rendre visite aux carpistes rencontrés la veille. Pour eux, la nuit fut agitée avec 6 poissons au sac, ce qui leur a donné envie de pousser jusqu’à la soirée. Après réflexion nous décidons donc de tout plier et de partir à l’aventure, nous chargeons nos deux bateaux et partons explorer le lac !

En cours de matinée, nous trouvons  un poste sympathique pour y tenter une pêche éclair. Mais la journée sera stérile. Pas un bip ne perturbera la sieste. Le soir venu, nous décidons de changer à nouveau de poste. En effet, le secteur désormais libre nous attire vraiment.

            Une fois le matériel et le campement montés la pêche peut commencer.

Nos premières cannes sont placées le long d’une grande pointe qui se situe sur la droite de notre berge, celle-ci nous attire car elle possède une végétation aquatique très dense avec de grands bancs de nénuphars et plusieurs arbres immergés. Ensuite nous déposons des pièges avant la fameuse cassure à 2m de profondeur. D’autres au pied du tombant dans 4m sur des tâches constituées d’un substrat légèrement plus dur que la moyenne de la zone. Et nos deux derniers montages sont des têtes chercheuses placées au milieu de nulle part dans le mou. 

Dépose des lignes!

Dépose des lignes!

 

            Durant cette nuit, nous enregistrons plusieurs départs pour des poissons entre 8 et 11kg! Même si les poids restent modestes, nous sommes satisfaits car notre initiative de changer de poste nous a permise de prendre du poisson avec de plus une certaine régularité.

La journée suivante sera encore une fois calme. En fin de soirée, nous retendons nos lignes. Le fait de chercher avec minutie des hot spots potentiels couplé à la distance de pêche importante nous oblige à passer plus d’une heure sur l’eau pour effectuer cette tâche.

            Vers minuit, la canne en pleine eau de Jeff s’emballe. La belle s’enfuie vers un  secteur  du lac vraiment très propre et la lumière de la lune éclaire fortement le ring. Le top pour réaliser un beau combat. Malgré sa lourdeur, le poisson monte vite en surface. Une jolie tâche brillante apparaît, laissant sous-entendre que le client est plutôt  sérieux. Une courte série de rushs plus tard, Jeff exulte en voyant cette épaisse miroir entrer dans son filet. Ce premier beau poisson flirtera avec les 20 kilos…………. Nous venons de changer de catégorie de poisson.

Premier gros poisson!!!

Premier gros poisson!!!

A 2 heures, c’est à mon tour de prendre le bateau. Après un joli combat, je reviens sur le poste avec une commune de 15+.

Commune toute en longueur!!!

Commune toute en longueur!!!

Quatre autres poissons plus modestes dont un poisson magnifiquement écaillé viendront nous régaler cette nuit là. Nous sommes plus que satisfaits de ce premier contact avec ce géant.

            Le week-end suivant, la tentation est trop forte… Je décide donc de repartir  avec ma copine tenter ma chance pour 2 petites nuits. Bien m’en pris puisque pendant cette courte session je totalise 9 départs avec 3 jolis poissons. Parmi eux, une magnifique commune de 18kg est venue me rendre visite. Je suis heureux, tout simplement !!!

            Quelques semaines plus tard nous revoilà sur ce fameux lac avec Jeff et mon collègue de travail Thomas qui pêche également la carpe et qui est venu pour la nuit.

Le printemps est maintenant bien avancé, la fraye est terminée, les conditions sont idéales……….. Malheureusement  uniquement pour le camping : températures chaudes pour la saison, soleil et vraiment très peu de vent.

Hors le vent semble être une des clefs de la réussite. Pour preuve Jeff qui a 24h d’avance, est capot. Espérons que les poissons se mettent en activité.

Nous restons tout de même plein d’espérance en plaçant nos montages sur  nos spots les plus productifs!

            Après avoir tout tendu nous nous posons devant une petite bière et un bon repas en imaginant que tout peut basculer d’un moment à l’autre !!!!

La soirée reste calme, c’est seulement vers 3 heures du mat que ma première canne tendue émet un bip qui me réveille et qu’une diode bleue fend la brume ! Nous partons combattre à 2, arrivé sur le poisson, mon collègue épuise une commune d’environs 8kg, nous relâchons le poisson et je replace ma canne immédiatement en repartant.

Au petit matin, alors que le café fume encore dans les tasses, ma canne  la plus éloignée démarre lentement! Je pars seul. A mon arrivée sur la zone, le poisson est tanqué mais la tête de mon leadcore dépasse de la surface. Pensant que la carpe n’était plus au bout, je prends ma ligne à la main et tente de libérer mon montage et là, surprise, je ressens des coups de tête ! ……….Peu après, j’arrive à  libérer la ligne et après un bref combat, j’épuise une jolie miroir. De retour sur le poste, le verdict de la pesée nous réjouit : enfin la barre magique ! Nous photographions notre première 20+ du lac et avec elle, pour être franc, nos objectifs sont atteints. Mais c’est sans compter sur le Dieu de la carpe qui a décidé ce jour là de me combler…

Première 20+ dans ces eaux, le top!!!

Première 20+ dans ces eaux, le top!!!

            Après une belle séance photo, je repars tendre la canne.

1H30 plus tard, cette même canne redémarre tout aussi lentement. Arrivé sur le poisson, le corps à corps commence. Ce dernier restera gravé dans ma mémoire. Il fut d’une intensité telle que j’ai longtemps pensé à un silure mais je ne ressentais pas les coups de queue caractéristiques sur la ligne. Malgré les profondeurs plutôt modestes, mon adversaire restait invisible, gardant le fond constamment alors que j’exerçais sans relâche une forte pression. La scène me semblait interminable. « Des tas d’images » passaient inlassablement dans ma tête. Je tenais peut être mon rêve au bout de la ligne. Ce n’est qu’après une vingtaine de minutes qu’enfin, nous voyons une énorme caudale percer la surface… Il s’agit bien d’une carpe !!!… Et d’une « envergure » très impressionnante !!! Elle repart et sonde, mes shimano lâchent du fil mètre par mètre. J’ai beau  forcer, la canne est cintrée comme je ne l’ai jamais vu. Mon bras tremble et rien ne bouge. Le poisson est très lourd ! Quelques rushs plus tard, la belle regagne la surface. C’est à ce moment là que nous avons réalisé que le poisson n’était pas simplement un bœuf, mais aussi une carpe vraiment exceptionnelle. Peu après, Thomas épuise parfaitement le poisson! Le filet se referme autour de ce joyau que le lac vient de m’offrir ! Je n’en peux plus, j’ai les muscles en feu, je suis complètement sonné et je réalise que non seulement la prise est imposante mais qu’en plus je viens de réaliser un doublé de dingue. Digne d’un autre monde !!!! Nous montons le poisson à bord (en nous y reprenant plusieurs fois).

            A l’arrivée sur le poste, en voyant ma tête décomposée, Jeff me demande si tout va bien mais je ne l’entends pas et lui dis : « J’ai jamais vu ça, elle est monstrueuse. Ce poisson est hors norme ».

En effet, en regardant au fond du zodiaque, Jeff comprend tout de suite lorsqu’il voit ses mensurations déraisonnables à faire tourner la tête de n’importe quel pêcheur!!!!

La pesée nous fit encore plus rêver et nous confirme la taille démesurée de celui-ci qui dépasse les 110 cm de long!!! Nous n’en revenons  toujours pas! En plus d’accuser 28kg sur la balance,  cette carpe est parfaite, une vraie merveille !!!

Un rêve qui devient réalité!!!

Un rêve qui devient réalité!!!

Bœuf ou thon, Peu importe le menu on à qu’une envie, celle de remettre le couvert…

C’est pourquoi l’année suivante après avoir navigué sur pas mal d’autres eaux avec des résultats satisfaisants, nous décidons de «  repasser à table » et de revenir sur cette destination qui nous a tant fait rêver durant le reste de la saison ! Une date est fixée et nous nous retrouvons au bord du lac.

Cette fois-ci nous n’arrivons pas en terre inconnue ! Après avoir vite monté le campement nous voilà sur le zodiac en direction de nos spots de l’année précédente. Pour notre retour sur cette eau nous ne faisons que deux nuits.

Le week-end end se solde par une dizaine de départs pour quelques jolis poissons aux alentours des 15kg dont un, un peu plus lourd pour moi.

Une commune comme je les aime!!!

Une commune comme je les aime!!!

            La semaine suivante Jeff étant bloqué pour le week-end, je décide de repartir seul.

Arrivé sur place aucun pêcheur n’est présent dans le secteur, le temps de tout monter et me voila sur l’eau !

Après avoir tout tendu, je me pose enfin. 20 h :  les premiers bips viennent rompre le chant du coucou. Touche en retour sur une canne tendue a longue distance. Je démarre le thermique et pars en direction du poisson. Quelques minutes plus tard, première brème :  la soirée commence bien…

Je retends la canne. Une heure plus tard, même sanction sur un des autres montages. Je sortirai  5 fois jusqu’à 1 heure du matin que pour des blancs !

1 h 30 j’obtiens quelques bips sur une canne qui n’avait pas encore bougé. Pensant me retrouver encore une fois face a une brème, je pars sans trop y croire, mais en arrivant sur le spot je me rends compte que ma tresse part dans une autre direction. Cette fois, c’est bien une carpe. Une fois a l’aplomb du poisson qui parait lourd, je commence à pomper mais mon adversaire en a décidé autrement : il me reprend pas mal de tresse en me faisant faire la toupie sur mon bateau. C’est après un sympathique combat d’environ ¼ d’heure que j’arrive à emprisonner la belle ! Rassuré je souffle enfin. Un bref coup de frontale pour me rendre compte de ma prise : c’est une belle commune toute ronde et bien massive. De retour sur la terre ferme, l’aiguille du peson vient titiller la barre magique. C’est parfait pour le premier poisson du week-end : que demander de plus ! Une fois la prise immortalisée,  je la mets au sac pour réaliser de nouveaux clichés avec la lumière du jour.

Commune massive!!!

Commune massive!!!

Durant cette nuit je n’ai quasiment pas pu dormir car après ce poisson j’ai eu la visite de quelques brèmes et de 4 autres carpes dans la tranche 10/13kg.

A 7 heures nouveau départ pour un petit combat, mais une belle miroir de 18kg!

Une jolie miroir!

Une jolie miroir!

 

La session se finira avec 13 départs pour 12 poissons et une décroche dans les arbres immergés.

Le week-end suivant, boosté par ma pêche, Jeff décide à son tour de repartir seul car je suis d’astreinte à mon boulot. Il arrive sur le poste très tard et la pêche ne commence qu’à partir de 01h00 du mat, mais pas le temps de s’endormir ! 03h45 départ. En s’approchant un doute s’installe, la bannière s’enfuie vers un obstacle. Malheureusement après avoir mis un coup de pression, le montage revient mais le poisson n’est plus au bout. Il faudra attendre le lendemain soir pour voir la première carpe : une commune de 14. Dans la même nuit, une miroir dodue de 16 kg ainsi que 2 plus petites permettent de lui regonfler le moral.

Dans l’après-midi, il passe un coup de fil à un pote qui pêche lui aussi. Dans cette conversation, une phrase usée mais au combien pleine d’espérance est dite : « Tu sais, une touche peut tout changer ». En effet, à 20h00, une touche vient tout changer. Le poisson est nerveux et ne veut pas venir voir la surface. Plus les minutes avancent et plus la sensation de bœuf se fait ressentir. Le poisson veut maintenant rejoindre la bordure et ses refuges. Un coup de marche arrière au moteur avec le moulinet serré et voilà que son adversaire abandonne. A première vue c’est épais. Il revient droit sur le bateau et rentre dans la louche au premier essai : Yes !!!!!!!!!!!!!! « Allô Rémy ! J’ai un gros poisson à l’épuisette, je rentre à terre et je te rappelle après la pesée. » Une miroir, 24 kg et des belles écailles. Que demander de plus !!

 Dans la nuit, une petite miroir et une commune de 13kg clôtureront la session. Le lendemain après une belle séance photo il faut rentrer à la maison.

Voilà, notre deuxième saison sur ce lac se termine. Même si nous sommes loin du carton, une fois de plus les résultats dépassent nos objectifs. De plus nous avons eu la chance d’être récompensés tous les deux : un bœuf et un thon, pourquoi choisir quand on peut goûter aux 2 !

Notre passion n’a pas fini de nous faire rêver, elle nous réserve de belles surprises et des rencontres magiques.

 

Share